Skip to content

Psychose de Robert Bloch

30 mai 2011

J’ai découvert Psychose par le film d’Alfred Hitchcock, c’était une cassette vidéo (quand j’écris cassette vidéo j’ai l’impression de prendre 10 ans….) classé comme “film pour adulte que tu es trop petite pour voir”… bien évidement je l’ai regardé en cachette et j’en garde un souvenir terrifié ! Depuis j’ai du voir ce film environ 8 fois, je ne rate pas une rediffusion, et à chaque fois la scène finale dans la cave de la maison m’angoisse ! Je me souviens que cette scène m’avait fait bien plus peur que la mythique scène de la douche. Anne, du blog SKTV, a d’ailleurs écrit un article très intéressant sur les coulisses de cette scène.

Lorsque Babelio m’a donné l’occasion de découvrir le roman de Robert Bloch, à l’origine de ce film, je n’ai pas hésité une seconde ! Bien évidement j’ai eu du mal à me créer mes images, ayant en mémoire le joli visage de Janet Leigh et la beauté troublante d’Anthony Perkins. D’ailleurs Hitchcock a rendu Norman Bates bien plus beau qu’il ne l’est décrit dans le livre. La description qu’en fait Robert Bloch le rend bien plus terrifiant et antipathique.

Bien que j’ai commencé le livre en connaissant son histoire je me suis laissée happer très vite ! L’intrigue fonctionne parfaitement, la mère de Bates est « réelle », l’ambiance du motel perdu sur cette route secondaire, la pluie qui rend la vision flou, les marais aux alentours tout est fait pour ne pas pouvoir lâcher ce roman. L’écriture de Bloch est vive, succession de phrases rythmées par des virgules. Le suspense fonctionne jusqu’à la dernière page et Bloch développe vraiment la fin, l’emprise psychologique de Bates et la “victoire” de sa mère sur son psychisme.

Mais que savait-il d’elle, au juste ? La nuit dernière, il avait dû s’avouer qu’il comprenait fort peu sa fiancée. Et il la connaissait même si peu qu’il l’avait confondue avec une autre fille dans la pénombre. C’est curieux, se dit Sam, on est toujours persuadé de tout savoir de la vie de quelqu’un, simplement parce qu’on le voir souvent ou parce qu’on lui est attaché. D’ailleurs, à Fairvale, il en connaissait plein d’exemples. Ainsi ce vieux Thmkins, qui avait été pendant des années directeur des écoles de la ville et pilier du Rotary Club. Il avait abandonné femme et enfants pour une gamine de seize ans. Qui aurait pu imaginer qu’il ferait une chose pareille ? Et qui aurait pu imaginer que Mike Fisher, le plus grand ivrogne et le plus grand joueur du comté, laisserait à sa mort tout son argent à l’Orphelinat presbytérien ? Et Bob Summerfield, son employé ? Il avait fallut un an à Sam pour découvrir qu’il avait été réformé pour raisons psychiatriques – et pour avoir tenté de fendre le crâne de l’aumônier militaire à coup de crosse ! Bob se tenait bien maintenant, naturellement. Le gars le plus tranquille et le plus aimable de la terre. Mais à l’armée aussi il avait été tranquille et aimable jusqu’au jour où il avait explosé. Et personne ne s’était douté de rien. De charmantes vieilles dames se débarrassaient de leur mari après vingt ans de bonheur conjugal. De petits employés de banque discrets détournaient des fonds. On ne pouvait jamais prévoir ce qui allait arriver.

Le livre est préfacé par Stéphane Bourgoin, spécialiste français des tueurs en séries et auteurs de nombreux ouvrages sur le sujet. Il y relate le fait divers qui a inspiré Robert Bloch. Stéphane Bourgoin s’est également entretenu avec l’auteur au sujet de son inspiration, notamment le tueur Ed Gein, l’adaptation cinématographique du livre, les droits sur le film… Cet entretien nous permet d’en apprendre beaucoup, notamment sur l’acquisition des droits d’auteurs par Hitchcock… et sur le peu d’argent que cela a rapporté à l’auteur au vu du succès du film !

Pour en savoir plus :

Diaporama de la maison du tueur Ed Gein

La librairie de Stéphane Bourgoin : Au 3ème Oeil

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Moisson Rouge pour l’envoi et la découverte de ce roman.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Cette lecture inaugure ma participation au challenge 100 ans de littérature américaine.

♦ Psychose de Robert Bloch

Traducteur : Emmanuel Pailler

Édition : Moisson Rouge

ISBN : 978-2-914833-98-1

Pages : 188

Parution : mai 2011

Prix : 15 euros

About these ads
13 Commentaires leave one →
  1. 30 mai 2011 23 h 29 min

    Je l’aurais bien lu moi aussi, étant "fan" du film, découvert en classe d’anglais grâce à un prof passionné. Une chose est sûre, ton avis a achevé de me convaincre : il me faut ce livre !

  2. 30 mai 2011 23 h 50 min

    Yes you can, indeed !

    Super article qui nous renseigne sur les sources d’inspiration du cinéaste et donne envie d’aller y voir de plus près…

    Je ne sais pas si tu as fini de le lire, mais le livre d’Helen Morrison commence précisément par l’histoire du serial killer Ed Gein ! On a toute la chaîne maintenant : Ed Gein > Robert Bloch > Hitchcok. Et le lien vers le diaporama de « Life » est excellent, même si j’avoue que je n’aime pas trop savoir quelle tête ont réellement ces serial killers !

    Ed Gein a aussi influencé le journaliste/romancier Thomas Harris pour son personnage d’Hannibal Lecter, si tu as maintenant envie de te lancer dans la lecture des sources du « Silence des Agneaux » (seulement 4 romans !) :-)

    • 31 mai 2011 11 h 52 min

      Merci Anne ! J’ai lu l’histoire d’Ed Gein dans ton livre et cet homme est terrifiant !
      En ce qui concerne Hannibal, L’origine du Mal est dans ma PAL !

  3. 31 mai 2011 12 h 09 min

    Fais attention quand même ! Tu es sur une drôle de pente…

  4. 31 mai 2011 20 h 19 min

    La scène de la cave est bien plus flippante que la scène de la douche, tout à fait d’accord avec toi à ce sujet. Je ne savais pas qu’il existait un roman dis donc!

    • 31 mai 2011 23 h 11 min

      Ces quelques seconde avant que la mère soit face caméra me filent des frissons à chaque fois !!

Trackbacks

  1. Je rejoins le Top Ten Tuesday #1 « Mes petites idées
  2. Top Ten Tuesday #5 « Mes petites idées
  3. Top Ten Tuesday #6 « Mes petites idées
  4. Jeu – concours "littératures criminelles : de la réalité à la fiction" en partenariat avec Myboox. Les résultats ! | Mes petites idées
  5. Les lectures du challenge 100 ans de littérature américaine 2011 | The Buried Talent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 200 autres abonnés

%d bloggers like this: