Skip to content

Hell.com de Patrick Senécal

26 novembre 2016

cvt_hellcom_1555Daniel Saul est un riche homme d’affaire. Il a pris la succession de son père à la tête du conseil d’administration d’un empire immobilier, les affaires sont florissantes, Saul a un fils de 17 ans qu’il élève seul, son ex-femme vit en Europe et n’a plus aucun droit sur lui. Daniel Saul à des moyens financiers quasiment illimité. Chauffeur, voiture de luxe, piscine, il ne se refuse rien et vit dans une certaine insouciance.  Il est en mesure de tout s’offrir, mais tout s’achète-t-il ?

Le dernier business de Saul est le rachat d’église afin d’en faire des complexes luxueux. Lors de la visite d’une des dernières acquisitions il rencontre Charron, un ancien élève de son école. Charron dénotait dans cette école, il n’avait ni le physique, ni l’état d’esprit, ni la popularité de tout ces futurs golden boys, il en était le souffre-douleur, au mieux ignoré au pire humilié. Saul n’a qu’un vague souvenir de lui mais lui se souvient parfaitement de Saul et même bien plus qu’il ne peut l’imaginer. Charron a lui aussi très bien réussi financièrement et il a décidé de faire de Daniel son meilleur ami… en l’initiant à un site internet ultra sélect : Hell.com. Ce site, de par les sommes engagées pour en être membre est réservé à une poignée de richissime. Pouvoir tout acheter, aller au bout de vos fantasmes, réalisez vos rêves, mêmes les plus sombres et inavouables voici ce que Hell.com permet. Une véritable mafia tentaculaire de la perversion, de la violence et du trafic en tout genre.

Saul va découvrir que pouvoir tout acheter est un jeu très dangereux, il va devoir lutter avec sa propre conscience et les limites du mal. Hell.com l’aspire, le fascine et le révulse en même temps, l’oblige à être face à lui-même, à offrir les yeux sur sa propre personne. Plus de faux-semblant, plus de couverture : la vérité dure. Charron devient très vite bien plus dangereux que le présomptueux Daniel aurait pu l’imaginer. Le risque à regarder le monde comme inférieur à soi-même, à se penser indestructible, est de ne s’être jamais préparé, ni même avoir seulement envisagé, devoir un jour  se battre.

Le début du livre est assez caricatural, sans vraiment de style. Les personnages sont  grossiers, stéréotypés et sans ambiguïté.  Le pitch est digne d’un mauvais téléfilm et pourtant très vite ça fonctionne ! L’auteur donne très vite du fond à son récit et hameçonne son lecteur, on est happé dans ce puit sans fond vers l’horreur. Le destin de Daniel Saul, ses choix, sa perte nous happe jusqu’à la dernière page.

♦ Hell.com de Patrick Senécal

Editeur : fleuve noir

ISBN : 978-2-265-09916-6

Parution : juin 2016

Pages : 593

Prix : 21,90 €

Librairies d’ici et d’ailleurs #2 : Galignani à Paris

7 novembre 2016

galignani

La première librairie Galignani en France, spécialisée dans les ouvrages anglophones a été ouverte en 1801 rue Vivienne. Aujourd’hui situé au 224 rue de Rivoli dans le premier arrondissement la librairie offre une grande surface éclairée par une grande verrière. Sur les rayonnages datant de 1930 une très grande sélection d’ouvrage anglo-américains et français. Les beaux-arts sont à l’honneur tout comme la littérature anglophone. C’est une librairie très agréable ou j’aime beaucoup flâner.

livre3

livres

livres2

Infos pratiques :

224, rue de Rivoli 75001 Paris

Tel : 01 42 60 76 07
galignani@galignani.com
Fax : 01 42 86 09 31
Accès : M° Tuileries, M° Concorde

Du lundi au samedi : 10h-19h

D’autres librairies :

Librairies d’ici et d’ailleurs #1 : Bookstore à Biarritz

 

Les démoniaques de Mattias Köping

5 novembre 2016

demoniaqueEn refermant ce livre vous aurez l’impression de vous être fait rouer de coups, et d’avoir perdu une bonne part de vos illusions sur la nature humaine. Les happy-end sont réservés aux contes de fée et ici vous croiserez plus de charognes que de bonnes étoiles.

Jacky Mauchrétien, dit L’ours, est un exploitant forestier, propriétaire d’établissements de nuit et de bars dans une région forestière et agricole. Les descriptions m’ont fait penser à ses petites villes fantômes que l’on traverse parfois, villages coupés en deux par de triste nationale entourés de vaste étendue agricole.

L’entreprenariat de l’ours n’est qu’une façade. Il est le chef de clan d’une troupe de dégénérés abusifs et violents exploitant, depuis la Souille, une datcha en forêt, la misère humaine. Drogues, proxénétisme, violences, chantages, manipulations tout est bon pour se faire du fric et se rouler dans la fange. Durant tout le début du livre, une analogie m’a frappé. Je découvrais l’ours et son clan et j’avais pour image Craster, sauvageon vivant au-delà du mur entouré de ses femmes qui sont aussi ses filles dans Games of thrones. Ils vivent au fond de la forêt dans une immense cabane grise, froide et terrifiante.

hbo-game-of-thrones-saison-4-craster

L’ours a une fille de 17 ans, Kimy dont il abuse depuis son enfance et qu’il prostitue. Kimy revend la came de son père au lycée et planque une petite partie des bénéfices afin de préparer son départ. Elle a décidé d’affronter le monstre, son géniteur. Elle ne veut pas seulement l’affronter, elle veut le détruire, réduire à néant son clan.

Elle rencontre Henri, un prof solitaire essayant de survivre à l’abîme qu’est devenue sa vie depuis un tragique événement. Ces deux âmes blessées vont s’allier, l’heure de la vengeance a sonnée et le plan est machiavélique.

Le risque de ce type de récit est de tomber dans une écriture facile et vulgaire, d’en faire un roman de gare où la faiblesse du scénario est maladroitement masqué par la violence et l’horreur.  L’horreur du récit doit être portée par une écriture précise et c’est le cas ici. Mattias Köping nous sert un texte acéré, percutant et sans concession. La lecture est brutale voir par moment insoutenable mais l’auteur sait faire naître un véritable attachement aux personnages de Kimy et Henri. Comme dans les plus grands thrillers j’ai eu peur pour eux, j’ai espéré, senti mon cœur s’emballer, j’ai été dévastée également.

Ce roman est d’une immense dureté mais il est impossible de le lâcher jusqu’à la dernière page.

Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Ring pour l’envoi et la découverte de ce livre.

♦ Les démoniaques de Mattias Köping

Editeur : Ring

ISBN : 979 10 91447 47 8

Parution : mai 2014

Pages : 393

Prix : 21 €

Alice Matheson, du bourreau à la proie !

28 octobre 2016

Mon amie Anne, du blog SKTV fait partie de la team « Les blogueuses » : 11 femmes qui s’allient autour d’un thème et vous font découvrir leurs visions des choses plusieurs fois par an. Elles s’attaquent aujourd’hui à Halloween ! Cette année les blogueuses ont choisi d’inviter des amies à se joindre à la ronde et Anne a pensé à moi (surement le coté maison hantée abandonnée de ce blog depuis de nombreux mois….). je suis ravie de participer à la célébration, à notre manière, de cette période de peur et de frissons !

Je n’ai pas (…encore…) vu The Walking Dead ni lu le comics à l’origine de la série, je ne connais rien aux zombies et ces êtres en décomposition avancée ne m’attirent guère… Il y a quelques mois je vous aurai dit que celui qui me mettra une BD de zombie entre les mains n’est pas encore né ! Mais cela c’était avant de découvrir Alice Matheson !

alice-matheson-sauvez-amy

Alice Matheson est infirmière au St Mary Hospital de Londres. Son métier lui permet d’approcher en toute innocence ses victimes : les patients en phase terminale. Alice Matheson est un ange de la mort, elle assassine froidement ses patients, elle plonge ses yeux dans les leurs tout en leurs injectant une dose mortelle de barbiturique. Alice est une meurtrière insoupçonnable jusqu’au jour où une victime se relève quelques secondes après avoir été tuée et tente de la tuer à son tour ! Les morts ressuscitent et ils ne veulent qu’une chose : attaquer les vivants. Alice est le premier témoin d’une épidémie qui va prendre une ampleur incroyable : Londres est bouclée, l’armée est mobilisée pour protéger les vivants, les scientifiques doivent au plus vite analyser la situation et trouver une solution à cette menace.

Alice, le bourreau, devient, comme tout vivant, une proie…

J’aime les dessins très réalistes, les vivants sont aussi beau que les zombies dégoulinant de chair putride. Les tons verdâtres collent parfaitement à l’ambiance apocalyptique de la BD. Il y a un réel équilibre entre les intriques des différents personnages et le contexte. Chaque tome se dévore littéralement !

planches_47386

Tome 1 – Jour Z : Philippe Vandaele (Dessinateur), Jean-Luc Istin (Scénario), édition Soleil, parution : mai 2015

Tome 2 – Le tueur en moi : Zivorad Radivojevic (Dessinateur), Jean-Luc Istin (Scénario), édition Soleil, parution : septembre 2015

Tome 3 – Sauvez Amy ! : Zivorad Radivojevic (Dessinateur), Jean-Luc Istin (Scénario), édition Soleil, parution : janvier 2016

Tome 4 – Qui est Morgan Skinner ? : Federico Pietrobon (Dessinateur), Stéphane Betbeder (Scénario), édition Soleil, parution : juin 2016

Tome 5 – Les obsessions de Sam Gibbs : Lucio Leoni (Dessinateur), Emanuela Negrin (Dessinateur), Stéphane Betbeder (Scénario), édition Soleil, parution : septembre 2016

 

1823117651

logo_blogueuses

 

 

 

Cet article participe à la ronde Halloween 2016 des Blogueuses !

Vous pouvez aussi les suivre sur Twitter @LesBlogueuses et sur Facebook

 

La photo du dimanche #32

25 septembre 2016

Il m’est égal de lire que les sables des plages sont chauds, je veux que mes pieds nus le sentent. – André Gide, Les nourritures terrestres

Plage de Biarritz, septembre 2016

Photographie personnelle – Mes petites idées – Delph

Photographie personnelle – Mes petites idées – Delph

La photo du dimanche #31

18 septembre 2016

L’esprit humain est comme un parapluie : il marche mieux lorsqu’il est ouvert – Darry Cowl

Photographie personnelle – Mes petites idées – Delph

Photographie personnelle – Mes petites idées – Delph

Ceux et celles que je suis

16 septembre 2016

Par une manipulation malencontreuse j’ai supprimé ma blogroll ! Cette blogroll avant bientôt 7 ans. Au moment de tenter de la refaire je me suis rendue compte que je ne fréquentais plus de nombreux blogs et étais incapable de me souvenir du nom de certains, cette liste n’avait donc plus beaucoup de sens !

Il est temps de l’actualiser avec les irréductibles ! Voici les blogs et sites que je suis, certains depuis de nombreuses années, et que je vous invite à découvrir en cliquant sur les bannières :

 

sktv

Anne est une amie de longue date. Notre passion commune pour l’histoire criminelle et judiciaire ainsi que les polars nous a réunie. Découvrez ses articles d’une rare précision. Anne ne chronique pas un livre, une série ou une expo, elle décortique, expertise, analyse, autopsie ! Découvrez également sa boutique !

culturelle

Cultur’elle partage ses coups de cœur culturels et littéraires. J’aime l’esthétique de son blog, il s’en dégage beaucoup de douceur. Son écriture est fine, précise. Nous vivons dans la même ville de province et je trouve amusant de savoir que nous nous sommes surement déjà croisées sans le savoir.

 

jostein

Attention ce blog va avoir un effet assez désastreux sur votre wish-list ! Vous découvrirez des chroniques abouties, des choix variés, des titres et maisons d’éditions peu connus loin des blockbusters de la littérature que l’on retrouve de blog en blog.

 

madeleine

Je suis Madeleine depuis les débuts de son blog ! Madeleine partage sa vie londonienne, ses sorties, ses trouvailles. Elle publie beaucoup de très jolies photos. A chaque fois ses articles me donnent envie de retourner à Londres !

 

paprikas

Bien que je suive un régime alimentaire particulier depuis plusieurs mois je ne peux pas résister à consulter régulièrement ce blog. Les photos sont toujours léchées, les mises en scène subtiles. Les recettes sont abordables et facilement réalisables (pour la plupart :-)).

 

papille

J’apprécie particulièrement ce site pour sa variété et sa fraîcheur. Nous sommes aujourd’hui loin du blog d’origine créé en 2005. Anne a fait de son blog sa profession et je suis admirative de ce parcours fait de travail et de passion.

 

mis

Passionnée de lecture, de photographie et maîtrisant la création web My Inner Shelf nous embarque dans ses univers. J’aime son franc parler, son indépendance sans aucune concession et ses avis tranchés. Elle est également la créatrice de l’incroyable caverne d’Ali Baba : l’annuaire des blogolecteurs francophones.

Et vous, vous avez des pépites à me faire découvrir ?

%d blogueurs aiment cette page :