Skip to content

Et Nietzsche a pleuré de Irvin Yalom

3 octobre 2010

Friedrich Nietzsche et Josef Breuer ne se sont jamais rencontrés et bien entendu la psychothérapie n’est pas née de leur rencontre.

Irvin Yalom imagine la rencontre fictive entre Breuer et Nietzsche qui concluent un pacte pour se soigner l’un l’autre. Sans le savoir vraiment il souffre tout les deux des mêmes maux, une mélancolie amoureuse qui les tue à petit feu.

Nous croisons dans ce roman Lou Salomé, Paul Rée, Freud, Bertha Pappenheim.

Le roman se situe à Vienne fin 1882, la relation de Nietzsche et Lou saboté par Elisabeth, la soeur de Nietzsche, se termine terriblement. Nietzsche a l’impression d’avoir été trahi, il est très mal et songe au suicide.  Les lettres désespérées qu’il adresse à Lou reprisent dans le livre sont authentiques (bien que l’on ne sache pas vraiment lesquelles étaient des brouillons et lesquelles ont été envoyées).

Nous assistons au dialogue entre Nietzsche et Breur, leur réflexions, analyse, souffrance. L’évolution de leur ressenti, les prémices de la « guérison ». Ce roman se lit d’une traite, il est captivant et passionnant. Il laisse l’impression d’avoir sondé l’humain, ses souffrances, ses espoirs, ses colères.

Irvin Yalom est psychiatre en Californie et professeur de psychiatrie à Stanford. Il est également l’auteur de Apprendre à mourir, le méthode Schopenhauer, Mensonges sur le divan, le bourreau de l’amour et Histoires de psychothérapie.

D’autres en parlent : Caro,

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :