Skip to content

Le Montespan de Jean Teulé

3 octobre 2010

Le Montespan de Teulé m’a déçu. L’histoire de cet homme qui s’accroche à son amour comme un fou, qui est prêt à tout perdre pour retrouver sa femme, qui se morfond d’un statut qui aurait flatté tout autre gentilhomme du royaume aurait pu être prétexte à une véritable histoire dramatique, à un roman grand, flamboyant, captivant mais Teulé en fait un bougon gaffeur, un pauvre ridicule, le Montespan nous fait pitié alors que nous devrions admirer sa bataille !

On en vient parfois à se dire qu’après tout il est bien obtus cet homme que le roi est prêt à rendre riche pour cette femme qui le fit succomber, une femme qui supplanta la Vallière, qui par ses « bons » mots jetai le ridicule sur un courtisan ou une courtisane, un femme qui donna de nombreux enfants au roi et celui-ci les reconnu. Mais non ! On devrait détester ce Roi qui tel le lion à droit de cuissage sur l’ensemble de la gente féminine, mais la façon dont Teulé nous raconte Montespan nous donnes envie de l’assimilé à Don Quichote se battant contre les moulins, un fou en quête d’un amour disparu mais dont la quête ressemblerait à une énorme farce. Et c’est bien dommage car le Montespan avait mit en place une véritable « stratégie de communication » (quelle expression affreuse !) pour discréditer le roi, et surtout il s’y est tenu jusqu’au bout, jamais il n’a cédé et il l’a payé tout sa vie !

Il fait repeindre son carrosse en noir et y fait apposer des bois de cerf, il organise l’enterrement de son amour, il refuse tout offre financier du roi alors qu’il est dans une situation financière catastrophique. Seul le fin du livre nous le rend honorable lorsque Mme de Montespan exilé au couvent lui envoi un message lui demandant de la pardonner, il refuse alors de la revoir. Il mourra s’en jamais la revoir.

On navigue dans le tragi-comique, l’histoire foisonne de détail qui en fait n’apporte pas grand-chose. Nous aimerions en savoir plus sur le fils qu’il a eu avec Athénais (leur premier fille meurt encore enfant), ce fils qui va devenir un courtisan sans beaucoup de scrupule.

Je crois avoir placé trop d’espérance en ce roman, je m’attendais à un grand livre, je suis tombée sur une petite histoire vite racontée. Un livre divertissant mais pas à la hauteur de son personnage.

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 21 février 2011 13 h 14 min

    Je partage tout à fait cet avis : à force de voir ce livre mis en avant par tous les libraires, et de croiser ce titre accrocheur, j’ai succombé à la tentation…et ai été déçue. Alors que je suis en général à ce genre littéraire, j’ai trouvé que le sujet, pourtant alléchant, n’avait pas été exploité à sa mesure.
    Nous sommes deux !!

    • 21 février 2011 13 h 27 min

      Ce livre a été trés encensé par les libraires et dans la blogosphère mais c’est ma deuxième deception de Teulé, trop dans « l’epat » et la sensasionnalisme pour moi !

Trackbacks

  1. MANGEZ-LE SI VOUS VOULEZ de Jean TEULE « Mes petites idées
  2. Challenge Reines et Courtisanes : soyez les bienvenu(e)s ! « Mes petites idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :