Skip to content

Le liseur de Bernhard Schlink

3 mars 2011

Ce livre appartient à Sybille qui a la gentillesse de le faire voyager. Il voyage par la poste accompagné d’un petit carnet où chacun peu se présenter et noter ses impressions, et de cartes postales illustrant son périple. Merci beaucoup Sybille pour la découverte de ce beau roman qui amène à réfléchir et soulève une question que nous aimerions souvent pouvoir trancher de manière clair eafin que tout soit plus simple, d’un coté le mal, d’un coté le bien mais que cela serai trop simple : peut-on être à la fois bourreau et victime ?

Michaël à 15 ans, Hannah en à 35. Tout commence par une histoire d’amour, d’éveil à la sexualité et de désir. Michaël aime Hannah, Hannah aime que Michaël lui fasse la lecture. Un jour Hannah disparait sans un mot. Michaël grandit, devient adulte. Il est étudiant en droit et doit assister à un procès de criminelles nazies, gardiennes dans un camp. Sur le banc des accusées : Hannah. Une grande partie du procès s’appuie sur un livre relatant les faits, le camp, le tri des femmes que les gardiennes envoyaient à la mort, les conditions de détention, les humiliations, la peur. Hannah ne semble pas avoir lu ce livre qui l’accuse, elle se défend mal, ne semble pas saisir tout les tenants et aboutissants des accusations. Michaël comprend alors qu’Hannah cache un honteux secret et que le dévoiler la disculperai d’une partie des accusations mais Hannah semble tenir à se secret plus qu’à sa vie, prête à le taire au risque d’une très lourde condamnation.

Michaël doit-il respecter ce secret ? Doit-on laissez quelqu’un être condamné bien que l’on ai la preuve de son innocence si cela est son choix ?

Michaël continuera à communiquer avec Hannah durant toute sa peine en ce posant une question insoluble : peut-on continuer à aimer quelqu’un dont on abhorre les agissements ? Devient-on coupable soi-même ? Doit-on renier un amour au temps des faits alors inconnu ?

Ce court roman revient régulièrement à ma mémoire et je ne parvient pas à répondre moi-même à certaines questions.

Pourquoi suis-je aussi triste, quand je repense à ce temps-là ? Est-ce le regret du bonheur passé ? Car je fus heureux les semaines suivantes, durant lesquelles je me suis vraiment abruti de travail, réussissant à ne pas redoubler, et durant lesquelles nous nous sommes aimés comme si rien d’autre au monde ne comptait. Est-ce de savoir ce qui vint ensuite, et que ce qui se révéla ensuite était en fait déjà là ?

Pourquoi ? Pourquoi ce qui était beau nous paraît-il rétrospectivement détérioré parce que cela dissimulait de vilaines vérités ? Pourquoi le souvenir d’années de mariages heureux est-il gâché lorsque l’on découvre que, pendant tout ce temps-là, l’autre avait un amant ? Parce qu’on ne saurait être heureux dans une situation pareille ? Mais on était heureux ! Parfois le souvenir n’est déjà plus fidèle au bonheur quand la fin fut douloureuse. Parce que le bonheur n’est pas vrai s’il ne dure pas éternellement ? Parce que ne peut finir douloureusement  que ce qui était douloureux, inconsciemment et sans qu’on le sût ?

Je pense que ce roman peut intégrer le challenge amoureux de l’Irrégulière dans la rubrique : Une histoire d’amour qui fini mal.

9 commentaires leave one →
  1. 3 mars 2011 17 h 54 min

    noté !

  2. 8 mars 2011 18 h 20 min

    Ton « analyse » est très intéressante. Je lis actuellement ce livre et j’ai vu le film.

    Ce livre nous amène à nous poser beaucoup de questions.

    • 8 mars 2011 20 h 21 min

      Merci ! Je continue à penser à ce livre régulièrement. je n’ai pas encore vu le film il faut que je me le procure.

  3. 8 mars 2011 20 h 06 min

    J’aime beaucoup les romans qui posent de vraies questions… Rien que pour ça, si je ne l’avais pas déjà noté, je le noterais !🙂
    Et j’ai l’intention de lire le livre avant de voir le film.

    • 8 mars 2011 20 h 22 min

      J’ai hate de pouvoir lire ta chronique au sujet de ce livre ! En ce qui concerne le film je ne l’ai pas vu mais en général voir le film avant ne m’empêche pas de lire le livre.

  4. 13 mars 2011 11 h 52 min

    Je n’avais pas vu ta critique mais je suis contente qu’il t’ait plu ! C’est vrai qu’il soulève pas mal de questions…

    • 13 mars 2011 14 h 45 min

      Je suis ravie d’avoir découvert ce livre, merci encore Sybille.

Trackbacks

  1. Croisons nos univers #1 : L’interview de Pascale rédactrice du blog Sur la Route du Cinéma « Mes petites idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :