Skip to content

Inspirations d’actualités #7

16 juillet 2011

Semaine du 11 au 16 juillet 2011 :

Femmes de militaires : Des vies anonymes au service de la Nation de Claude Aubert

Un hommage à ces anonymes qui consacrent leur vie au service de la Nation, les épouses de militaires. Le témoignage d’une d’entre elles, femme d’un pilote de chasse… Etre pilote de chasse, c’est le rêve de bon nombre de jeunes. Pourtant, derrière l’aspect quasi mythique de cette profession, se cache une réalité tout en nuances qui ont pour noms contraintes, obligations, espoirs, mais aussi désillusions. C’est justement ce  » revers de la médaille  » que Claude Aubert raconte ici, dans un témoignage sobre et poignant. Elle revient sur la vie exceptionnelle qu’elle a vécue dans l’anonymat auprès de son conjoint pilote de chasse. Elle évoque avec pudeur sa fierté les joies qui ont émaillé sa vie hors du commun, mais aussi ses inquiétudes lorsque son mari partait en mission, ses doutes, ses craintes et ses difficultés, lorsqu’elle se retrouvait seule avec ses trois enfants à élever. Cette mère comme il en existe tant a mis sa propre vie entre parenthèses pendant trente-quatre ans pour se consacrer totalement à la carrière de son mari. Car partager la vie d’un militaire, c’est un sacrifice, un don de soi, pour toutes ces anonymes au service de la Nation. (résumé éditeur)

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Les candidats et ceux qui vont compter en 2012 du collectif Sophocle

Pour Sophocle, le off n’existe pas. La vérité seule compte. L’intérêt de l’homme de la cité prime. Ce livre radiographie vingt personnages clés de l’élection présidentielle de 2012, qu’il soient eux-mêmes candidats ou aient une influence déterminante sur l’élection, de Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, Jean-François Copé, Martine Aubry, Dominique de Villepin, Eva Joly, Marine Le Pen à Nicolas Hulot.
Sophocle le dit : « C’est folie d’entreprendre plus qu’on ne peut. » Chaque portrait dévoile les écarts entre la communication du candidat et la réalité du personnage (son parcours, ses omissions, ses mensonges, ses vulnérabilités et ses dossiers noirs…). Et donne son lot d’informations non divulguées sur les uns et les autres. (résumé éditeur)

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Football factory de John King

A chaque match, Tom et sa bande vont défendre les couleurs de Chelsea. Victoire, défaite, peu importe, c’est toujours le même scénario : bières, baston avec les supporters des clubs rivaux et castagne avec les flics. Comme des milliers de jeunes, ils sont les parias d’une société britannique en crise, ravagée par le chômage et l’alcoolisme. John King les montre tels qu’ils sont. Un récit réaliste, cru et dérangeant. Né en 1960, John King occupe une place à part dans la littérature anglaise. (résumé éditeur)

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Le ciel en bouquets, histoire des feux d’artifice de Stéphane Dirickx

Qui le croirait à voir éclore dans le ciel serein des nuits d’été toutes ces figures brillantes et multicolores ? Pour cela, il faut se souvenir que c’est la poudre qui les inventa.
Cette poudre noire que les chinois utilisaient, depuis le huitième ou le neuvième siècle, pour fabriquer les pétards avec lesquels ils égayaient leurs fêtes populaires (et que les occidentaux s’empressèrent de convertir à l’art de la guerre…). C’est par l’intermédiaire de l’Italie que le feu « artificiel » fait son entrée sur le vieux continent. Avec le temps, bien sûr, le spectacle évolue, se dépouille des artifices que sont les décors et supports divers pour atteindre une sorte d’épure qu’on lui connaît aujourd’hui.
De même, cet art très empirique, longtemps protégé par des secrets de fabrication, profite des progrès de la science pour devenir une industrie plus performante et aussi plus fiable. La pyrotechnie reste néanmoins une activité dangereuse. Activité sérieuse aussi, plus diversifiée qu’il n’y paraît puisque à côté des « belles bleues », on produit également des artifices agricoles, industriels ou militaires et que les marins ou les aviateurs font grand usage des fusées de détresse ou de signalisation.
Enfin, comme nous n’en sommes plus à un paradoxe près, ajoutons que ce spectacle, éphémère entre tous, est pourtant de ceux qui impriment dans nos mémoires le souvenir heureux de moment éblouis. (résumé éditeur)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :