Skip to content

Lointain souvenir de la peau de Russell Banks

2 juin 2012

Le Kid est un jeune homme condamné, après avoir fait quelques mois de prison, à porter un bracelet électronique, à être identifiable sur internet par l’ensemble des citoyens et à vivre durant 10 ans loin de la civilisation. Loin de toute civilisation car étant classé délinquant sexuel il lui est interdit de se trouver à moins de 800 mètres des lieux où se trouve des enfants et des enfants il y en a partout : écoles, piscine, quartier, square, rue….

Le dessous du viaduc, espace sombre ouvert à tout les vents et soumis aux événements climatiques, sous cette chape de plombs, est une sous civilisations. Sur le viaduc les gens intégrés à la société le traverse chaque jour en voiture, sous le viaduc un regroupement de délinquant devenu des sous-citoyens. Sous se viaduc se croise des pédophiles, des pervers, des violeurs et le kid. Le kid n’est pas un délinquant passé à l’acte, il est un accro au porno sur internet qui a succombé à une petite nymphette qui lui a menti sur son âge sur un chat. Candide il accepte une rencontre. Il n’est pas passé à l’acte mais il y a de forte présomption qu’il ait eu l’intention d’avoir un rapport sexuel avec cette mineure et cela suffit pour devenir un sous-citoyen. Jugé pour un crime qu’il allait peut-être commettre drôle de vision de la justice…

Le kid est accosté par un professeur d’université souhaitant étudier la population du viaduc. Pour ce professeur d’université les déviances sexuelles ne sont pas innées mais sont le triste résultat de notre société. La question est de savoir ce qui, dans une société type ou chacun est soumis aux mêmes pressions et frustrations, en fait basculer certains vers des comportements criminels. Ce professeur est atypique aussi bien physiquement que intellectuellement. C’est un personnage très grand et lourdement obèse pourvu d’une intelligence et d’une culture hors du commun. Ce personnage m’a mis mal à l’aise. J’ai ressenti durant la lecture comme l’impression que ses motivations avaient un coté voyeur, pervers et dominateur. Ce sentiment est étrange car le professeur est très à l’écoute et prévoyant envers le Kid. Je suis tiraillée sur ce personnage et son évolution tout au long du livre me laisse avec un profond doute.

Ce livre nous montre la façon dont la société américaine gère ses délinquants sexuels, ce sont des pêcheurs qui doivent être banni, comme si ceux que l’on ne voit plus n’existent plus. Ce livre est un beau livre sur la remise en cause, l’analyse de soit et de ses erreurs du personnage principal. Sans jamais tomber dans le pathos le Kid comprend et analyse l’origine de ses comportements et c’est une fois cette analyse et cette prise de conscience faite qu’un avenir est possible.

La gestion des délinquants sexuels à leurs sorti de prison est un sujet de société  souvent à l’origine de réaction virulente comme on a pu le voir lors des récents faits divers du à la récidive : projet de loi et déclaration lancés sous le feu de l’action et de l’émotion. Mais je ne pense pas que exclure de la société ces hommes soient une solution. L’exclusion ne peut qu’entrainer la marginalisation et la stigmatisation. Dans le livre des délinquants sont également confronté à leurs fichages sur internet ce qui signifie que n’importe qui (employeur ou logeur potentiel, citoyen lambda) peut avoir accès à leurs actes et leurs peines. Comment espérer réintégrer la société avec au-dessus de la tête un panneau notifiant vos fautes ? Ces hommes ont été jugés par les juges et surement des jurés représentant du peuple doivent-ils être rejugé constamment par chacun ?

Ce livre est sombre, parfois une lueur d’espoir apparait pour le kid on espère une rédemption  mais très vite l’acceptation de sa faute et la notion très biblique de pénitence reprend le dessus comme si ces hommes étaient formatés pour accepter cette mise au ban de la société.

espace

Je remercie chaleureusement Libfly et les Éditions Acte Sud pour l’envoi et la découverte de ce livre.

espace

♦ Lointain souvenir de la peau de Russell Banks

Roman traduit de l’américain par Pierre Furlan

Editeur : Acte Sud

ISBN : 978-2-330-00520-7

Parution : mars 2012

Prix : 24,20 €

Pages : 448

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. 2 juin 2012 17 h 44 min

    En cours de lecture, alors je survole ton article et c’est frustrant de ne pas pouvoir le lire !!

    • 3 juin 2012 15 h 12 min

      Je ne manquerai pas de lire ta chronique le cas échéant.

Trackbacks

  1. J’attends la Kube ! | Mes petites idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :