Aller au contenu principal

Top Ten Tuesday #12 : Les 10 livres que vous recommanderiez

26 mars 2013

top 10

espace

Les 10 livres que vous recommanderiez 

espace

La recommandation de livre est un exercice délicat. Le lecteur va passer plusieurs heures en compagnie du livre il est donc important de lui proposer un livre qui va le toucher, l’intriguer, l’émouvoir et éviter les fautes de goût : on ne propose pas Kaïken de Jean-Christophe Grangé à une femme enceinte par exemple. J’aime prêter mes livres  car cela est l’occasion de discussions et confrontations d’idées.

espace

Voici 10 livres, parmi tant d’autres, que je recommande sans hésitation.

espace

Allah n’est pas obligé de Ahmadou Kourouma

Allah n'est pas obligé

Ibrahima, un enfant africain orphelin, part à la recherche de sa tutrice, tante Mahan. Accompagné par Yacouba, le féticheur, ils voyagent à travers le Liberia et la Sierra Leone en pleine guerre tribale. Comme ils n’ont pas d’argent, ils sont obligés de travailler : Yacouba comme grigriman et Ibrahima comme enfant-soldat… (résumé éditeur)

Pour ceux qui sont intéressés par : l’histoire africaine contemporaine, le destin des enfants soldats

espace

America America de Ethan Canin

america america

Au début des années 1970, Corey Sifter, issu d’une famille ouvrière de l’Etat de New York, devient assistant dans le somptueux domaine de la puissante famille des Metarey. Grâce à leur générosité, il poursuit ses études dans une pension privée et, s’éloignant de ses modestes origines, participe à la campagne présidentielle du sénateur de New York, Henry Bonwiller. Pourtant Corey se retrouve vite au milieu d’une série d’événements entachés par le scandale et la mort. Plus de trente ans après, suite au décès du sénateur, Corey revient sur sa jeunesse. Confronté à la réalité du monde politique, il découvre la vanité et la luxure cachées derrière la grande histoire du rêve américain. (résumé éditeur)

Ma chronique ici.

Pour ceux qui sont intéressés par : le « rêve américain », la politique, l’Amérique des 70′

espace

D’autres vies que la mienne de Emmanuel Carrère

d'autres vies que la mienne

« À quelques mois d’intervalle, la vie m’a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents, celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari.
Quelqu’un m’a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n’écris-tu pas notre histoire ? C’était une commande, je l’ai acceptée. C’est ainsi que je me suis retrouvé à raconter l’amitié entre un homme et une femme, tous deux rescapés d’un cancer, tous deux boiteux et tous deux juges, qui s’occupaient d’affaires de surendettement au tribunal d’instance de Vienne (Isère).
Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d’extrême pauvreté, de justice et surtout d’amour.
Tout y est vrai. » (résumé éditeur)
Ma chronique ici.

Pour ceux qui sont intéressés par : La vie, heureuse, triste, dure, injuste mais si belle et si chère !

espace

La malediction d’Edgar de Marc Dugain

malediction d'edgar

«Edgar aimait le pouvoir mais il en détestait les aléas. Il aurait trouvé humiliant de devoir le remettre enjeu à intervalles réguliers devant des électeurs qui n’avaient pas le millième de sa capacité à raisonner. Et il n’admettait pas non plus que les hommes élus par ce troupeau sans éducation ni classe puissent menacer sa position qui devait être stable dans l’intérêt même du pays. Il était devenu à sa façon consul à vie.»

John Edgar Hoover, à la tête du FBI pendant près d’un demi-siècle, a imposé son ombre à tous les dirigeants américains. De 1924 à 1972, les plus grands personnages de l’histoire des États-Unis seront traqués jusque dans leur intimité par celui qui s’est érigé en garant de la morale.

Ce roman les fait revivre à travers les dialogues, les comptes rendus d’écoute et les fiches de renseignement que dévoilent sans réserve des Mémoires attribués à Clyde Toison, adjoint mais surtout amant d’Edgar. À croire que si tous sont morts aujourd’hui, aucun ne s’appartenait vraiment de son vivant. (résumé éditeur)

Pour ceux qui sont interessés par : l’histoire contemporaine américaine, les histoires de vies.

espace

Madame Bovary de Flaubert

madame Bovary

C’est l’histoire d’une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C’est l’histoire d’une province étroite, dévote et bourgeoise.
C’est, aussi, l’histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n’avait de quoi choquer la société du Second Empire. Mais, inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie, le livre s’était donné une arme redoutable : le style. Pour ce vrai crime, Flaubert se retrouva en correctionnelle. Aucun roman n’est innocent : celui-là moins qu’un autre. Lire Madame Bovary, au XXIe siècle, c’est affronter le scandale que représente une œuvre aussi sincère qu’impérieuse. Dans chacune de ses phrases, Flaubert a versé une dose de cet arsenic dont Emma Bovary s’empoisonne : c’est un livre offensif, corrosif, dont l’ironie outrage toutes nos valeurs, et la littérature même, qui ne s’en est jamais vraiment remise. (résumé éditeur)

Pour ceux qui sont intéressés par : la littérature classique, la douleur des sentiments

espace

Rebecca de Daphné Du Maurier

rebecca

Dès les premières heures à Manderley, somptueuse demeure de l’ouest de l’Angleterre, le souvenir de celle qu’elle a remplacée s’impose à la jeune femme que vient d’épouser Maxim de Winter. Rebecca, morte noyée, continue d’exercer sur tous une influence à la limite du morbide. La nouvelle madame de Winter, timide, effacée, inexpérimentée, se débat de son mieux contre l’angoisse qui l’envahit, mais la lutte contre le fantôme de Rebecca est par trop inégale.  (résumé éditeur)

Pour ceux qui sont intéressés par : les fantômes du passé

espace

Rêves oubliés de  Leonor De Récondo

rêves

Quand il arrive à Irún où il espère rejoindre sa famille, Aïta trouve la maison vide. Le gâteau de riz abandonné révèle un départ précipité. En ce mois d’août 1936, le Pays basque espagnol risque de tomber entre les mains des franquistes. Aïta sait que ses beaux-frères sont des activistes. Informé par une voisine, il parvient à retrouver les siens à Hendaye. Ama, leurs trois fils, les grands-parents et les oncles ont trouvé refuge dans une maison amie. Aucun d’eux ne sait encore qu’ils ne reviendront pas en Espagne.
Être ensemble, c’est tout ce qui compte : au fil des années, cette simple phrase sera leur raison de vivre. Malgré le danger, la nostalgie et les conditions difficiles – pour nourrir sa famille, Aïta travaille comme ouvrier à l’usine d’armement, lui qui dirigeait une fabrique de céramique.
En 1939, quand les oncles sont arrêtés et internés au camp de Gurs, il faut fuir plus loin encore. Tous se retrouvent alors au cœur de la nature, dans une ferme des Landes. La rumeur du monde plane sur leur vie frugale, rythmée par le labeur quotidien : les Allemands, non loin, surveillent la centrale électrique voisine, et les oncles, libérés, poursuivent leurs activités clandestines.
Écrit comme pour lutter contre la fuite des jours, le carnet où Ama consigne souvenirs, émotions et secrets donne à ce très beau roman une intensité et une profondeur particulières. (résumé éditeur)

Ma chronique ici.

Pour ceux qui sont intéressés par : l’Histoire, la résitance, la poésie

espca

Sukkwan Island de David Vann

sukkwan island

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin. (résumé éditeur)

Ma chronique ici.

Pour ceux qui sont intéressés par : le huis clos, Le nature writing, la folie, la filiation

espace

Singué Sabour, pierre de patience de Atiq Rahimi

syngue sabour

 » Cette pierre que tu poses devant toi… devant laquelle tu te lamentes sur tous tes malheurs, toutes tes misères… à qui tu confies tout ce que tu as sur le coeur et que tu n’oses pas révéler aux autres… Tu lui parles, tu lui parles. Et la pierre t’écoute, éponge tous tes mots, tes secrets, jusqu’à ce qu’un beau jour elle éclate. Elle tombe en miettes. Et ce jour-là, tu es délivré de toutes tes souffrances, de toutes tes peines… Comment appelle-t-on cette pierre ?  » En Afghanistan peut-être ou ailleurs, une femme veille son mari blessé. Au fond, ils ne se connaissent pas. Les heures et les jours passent tandis que la guerre approche. Et la langue de la femme se délie, tisse le récit d’une vie d’humiliations, dans l’espoir d’une possible rédemption. (résumé éditeur)

Ma chronique ici.

Pour ceux qui sont intéressés par : la confition feminine, le poid de la religion, l’histoire comtemporaine

espace

Une éducation libertine de Jean-Baptiste Del Amo

une éducation libertine

Paris, 1760. Gaspard, jeune Breton qui a fui la porcherie parentale, se trouve brutalement plongé dans l’univers grouillant et pestilentiel de la capitale, par un été caniculaire. Gaspard se retrouve d’abord pris en main par Lucas, un ouvrier qui travaille au déchargement de billes de bois sur les quais de Seine. Il vivra avec lui sa première relation sexuelle, puis dérivera peu à peu vers la prostitution, éduqué par un libertin pervers, Etienne. Gaspard n’est cependant pas une victime : il veut arriver, et se montre prêt à tout pour quitter à jamais le souvenir de Quimper et de sa mère « qui sentait la truie ». Il pénètre ainsi dans une société huppée et décadente, séduit des aristocrates, connaît la richesse avec l’héritage d’un de ses amants, le baron Raynaud. Il finit par épouser la fille du comte d’Annovres, autre amant. Mais en lui persiste l’odeur méphitique de la porcherie de Quimper…  (résumé éditeur)

Ma chronique ici.

Pour ceux qui sont interessés par : Le destin, l’apprentissage, Paris au XVIII, la lutte des classes

espace

Rendez-vous initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Publicité
10 commentaires leave one →
  1. 26 mars 2013 9 h 14 min

    C’est une belle sélection. Intelligente. Pourtant en pur numérique… Il n’y a personne, c’est inquiétant… Bonne semaine . Amitié.

    • 26 mars 2013 18 h 04 min

      En réalisant ce top 10 je n’ai pas pensé au média mais juste aux titres qui m’ont marqué. Ce ne sont que 10 parmi tout ceux qui me sont revenu en mémoire mais c’est vrai que des auteurs numériques auraient pu tout à fait l’intégrer, je penses alors à ton titre Paris-Papeete et à 150 pulsations.

      • 26 mars 2013 18 h 09 min

        Merci Delph. Pour info: Paris-Papeete a été rebaptisé par Numériklivres et s’intitule maintenant: « Aime moi »

        • 26 mars 2013 18 h 13 min

          Ah je ne savais pas. Il invite moins au voyage ce titre 😉

  2. 26 mars 2013 15 h 12 min

    Rebecca en commun dans mon TTT 🙂

  3. saralaura permalink
    27 mars 2013 20 h 29 min

    J’aime aussi partager mes lectures. Ici, il existe un club de lecture « Què llegeixo » Pour faire de lectures ensemble et partager opinions. C’est comme ça que j’ai lu « L’education sentimentale » et en plus en français. Je pense qu’il en doit aussi en avoir quelqu’un en France.
    Merci pour tes conseils.
    Bisous.

    • 27 mars 2013 21 h 19 min

      Il y a de nombreux club de lecture que ce sois des clubs réels ou virtuels. J’aime beaucoup partager mes lectures via le blog mais n’est pas la « discipline » nécessaire pour faire partie d’un club 😉

      • 29 mars 2013 23 h 45 min

        Pardon j’ai été très occupée avec la pâque. Quant à la discipline je n’en ai aussi guère. À la fin j’ai decidé lire à ma façon!

        • 31 mars 2013 15 h 58 min

          Tu as cherché les œufs Sara ? Je te souhaites de joyeuses Pâques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :