Skip to content

Le sang des maudits de Leighton Gage

3 avril 2013

le sang des mauditsLe brésil a connu de 1964 à 1985 une dictature militaire de droite.  Des 1964 un grand nombre de groupes révolutionnaires ont organisé la résistance contre la junte militaire.

Durant la dictature eu lieu la révolution verte (mécanisation de l’agriculture et développement de l’agriculture à haut rendement). De fait de nombreux petits propriétaires terriens furent expulsés, ils devinrent des sans terres.  Ils se liguèrent et tentèrent de défendre leurs droits notamment par des occupations. Ils furent soutenus par les religieux locaux.

La crise financière entraina un regain de la pauvreté et de l’insécurité et la corruption militaire ruineuse conduira la junte à sa propre perte grâce, notamment, au combat des mouvements syndicaux.

C’est dans ce contexte post dictature que Leighton Gage fait apparaitre son personnage principal : Mario Silva, inspecteur de police droit et attaché à la justice. Comme la majeure partie des « flics de roman » son métier est un sacerdoce et trouve son origine dans un drame sanglant. (Parfois je rêve du héros qui sera devenu flic parce que c’est le seul concours qu’il a réussi…). Évidement le drame originel donne du coffre au personnage mais le procédé est vu et revu. Toutefois très vite la qualité du roman m’a fait oublier ce début plutôt cliché.

L’évêque Dom Felipe venu inaugurer la nouvelle église d’une province de l’État de São Paulo est abattu par un tir longue distance.

Mario Silva et  deux subalternes sont missionnés sur place par la police fédérale brésilienne. Venus enquêter sur la mort de l’évêque ils se retrouvent très vite au cœur d’une lutte entre de gros propriétaires terriens et des syndicats d’ouvriers agricole. Les morts violentes s’accumulent. La vie n’a que peu de valeur. Ils sont seuls face à des témoins terrorisés par la police locale qui ressemble plus à une milice violente et sadique qu’aux garants de la protection de chacun.

Ce roman est violent et sombre, il ne laisse que peu d’espoir aux petits face à un système corrompu et pourri jusqu’au trognon. L’ambiance est moite, poisseuse. On imagine la chaleur, la sueur, la peur, la misère. On est face à des personnages aux systèmes de valeurs différents : des ouvriers agricoles prêts à donner leurs vies pour leur cause, des prêtres combattifs à la limite de la clandestinité, des enfants des rues perdus entre prostitution, magouille et peur, des prélats aux mains sales, des propriétaires terriens agissant en véritable chef de gang….  Dans ce marasme la violence est utilisée pour faire parler, terrifier et soumettre.

Silva et ses hommes semblent lutter dans un monde sans loi ni morale, tel des Don Quichotte, comme si tout cela était vain. La fin du roman sonne comme un glas sur la perte de la foi en la justice…. Et en l’homme. Leighton Gage nous livre un récit passionnant et brillant de vengeance, ce mal qui ronge et détruit.

espace

Je remercie chaleureusement les Éditions Télémaque pour l’envoi et la découverte de ce roman.

espace

♦ Le sang des maudits de Leighton Gage

Éditeur : Télémaque

Traducteur : Véronique Dumont

ISBN : 978 2753301610

Parution : novembre 2012

Pages : 359

Prix :19 €

2 commentaires leave one →
  1. saralaura permalink
    4 avril 2013 16 h 35 min

    Cmment ça va! J’espère que le salon du livre ait marché bien. Bisous.

    • 4 avril 2013 20 h 10 min

      Bien et toi Sara ? J’ai passé un bon moment au salon du livre et je suis notamment revenu avec un guide de la Catalogne qui me donne envie de partir en vacances !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :