Skip to content

Jeu – concours « littératures criminelles : de la réalité à la fiction » en partenariat avec Myboox. Les résultats !

8 juillet 2013

LogoMyBOOX

Voici venu le temps de vous dévoiler les résultats et d’annoncer les gagnants. Vous avez été nombreux à participer et beaucoup ont découvert les 10 titres et ont cumulé 20 points. Je tiens vraiment à vous remercier, ce concours demandait du temps et pas mal de recherches et je suis ravie que vous ayez pris le temps de participer. J’espère que vous avez puisé des idées de lecture !

Voici la résolution de l’énigme :

Indice 1 : Ce livre est inspiré d’un tueur en série américain au physique impressionnant actuellement incarcéré à perpétuité. Il est devenu lecteur de livres pour aveugles.

L’indice 1 était à associer à l’extrait 10 : extrait 10

Avenue des géants de Marc Dugain

Inspiré d’une histoire vraie qui s’est déroulée entre le milieu des années 60 et la fin des années 70, Avenue des géants raconte le terrible destin de Edmund Kemper –ici appelé Al Kenner – tueur en série qui défraya la chronique aux États-Unis. Kenner connaît une enfance particulièrement difficile. Enfant de parents divorcés, il est confié à la garde de sa mère – une femme caractérielle, dominatrice, impulsive, maltraitante. À l’adolescence, il est envoyé chez ses grands-parents paternels, qui habitent une ferme en Californie. Il subit alors la tyrannie de sa grand-mère, copie conforme de sa mère… en pire. Un jour, alors qu’il rentre d’une partie de chasse, Al abat froidement ses grands-parents. Aux policiers, il explique : « Je voulais juste voir ce que ça ferait de tuer grand-maman ». Bien qu’âgé de 16 ans, il est interné dans un hôpital psychiatrique pour adultes. Libéré à l’âge de 21 ans sur décision favorable des psychiatres, ce jeune homme – devenu un géant de 2,10 m – réussit à tenir ses démons en cage pour un moment. Il obtient un poste dans la Division des Autoroutes californiennes et prend un appartement à Alameda, près de Santa Cruz. Al s’est toujours senti abandonné. C’est un être cassé, humilié, rejeté depuis sa plus tendre enfance. Quand son rêve de devenir policier s’écroule à cause de sa taille et de son poids, son sentiment d’injustice est à son paroxysme. Il doit se venger. Tuer. Violer. Démembrer. C’est avec une minutie effrayante qu’il prépare ses meurtres. Il va assassiner six jeunes auto-stoppeuses, toutes étudiantes à l’Université du comté de Santa Cruz. Il dépèce les victimes à la fois « par curiosité » et pour que les corps soient plus difficiles à identifier. Il possède un stock de Polaroïds des cadavres, qu’il regarde souvent en fantasmant ; quand il ne ramène pas carrément leurs têtes en guise de trophées. Kenner sombre alors dans une forme grave de schizophrénie : le tueur sanguinaire semble complètement inséré dans la société, et passe même de long moment avec ses amis policiers qui lui racontent les difficultés de leur enquête sur le tueur en série qui sévit dans la région ! C’est après le meurtre de sa mère, en 1973, qu’il se livre à la police après trente heures de conduite sur les routes du Colorado. Au psychiatre, Kenner déclare : « Je voulais faire du mal à ma mère ». Il touche alors du doigt la clé du problème. Il élimine des femmes qu’il associe à sa mère : celle-ci travaillait à l’université, il choisit donc des étudiantes. Jugé responsable de 8 meurtres, Kenner est condamné à la prison à perpétuité. Dans ce roman puissant et captivant Marc Dugain s’applique à décrire la figure du mal quand elle s’incarne dans un tueur en série. Il conjugue ici sa passion pour les États-Unis avec son intérêt toujours vif pour les personnages décalés, marginaux, voire fous, mais qui permettent de saisir l’humanité dans ses contradictions et ses excès. (résumé éditeur)

avenue des geants

 

Indice 2 : Ce livre s’inspire d’un enlèvement survenu à Salt Lake City en Juin 2002 qui va entrainer un véritable fiasco judiciaire et la mort d’un innocent brisé par le système américain.

L’indice 2 était à associer à l’extrait 3 : extrait 3

Arrêtez-moi là ! de Iain Levison, ma chronique ici.

Iain-Levison-Arretez-moi-la

 

Indice 3 : Ce livre a été éclipsé par le film éponyme réalisé en 1960. Son personnage principal s’inspire d’un tueur du Wisconsin ayant sévit dans les années 50.

L’indice 3 était à associer à l’extrait 7 : extrait 7

Psychose de Robert Bloch, ma chronique ici.

psychose

Indice 4 : Ce livre est le fruit du travail d’enquête d’auteur américain et d’un journaliste florentin de la Nazione spécialiste des affaires criminelles. Leur enquête sur 14 crimes impunis dérange tant que le journaliste sera accusé d’être lui-même le tueur et incarcéré quelques mois.

L’indice 4 était à associer à l’extrait 9 : extrait 9

Le monstre de Florence de Douglas Preston et Mario Spezi, ma chronique ici.

le monstre de florence

Indice 5 : Ce livre écrit par un professeur de français licenciée de philosophie tente de percer le mystère du plus célèbre tueur en série londonien.

L’indice 5 était à associer à l’extrait 1 : extrait 1

Jack l’éventreur démasqué de Sophie Herfort, ma chronique ici.

jack

Indice 6 : Ce livre a une double inspiration criminelle : un meurtre non élucidé survenu à Los Angeles en janvier 1947 et celui de la mère de l’auteur en 1958.

L’indice 6 était à associer à l’extrait 8 : extrait 8

Le Dahlia noir de James Ellroy

Le 15 janvier 1947, dans un terrain vague de Los Angeles, est découvert le corps nu et mutilé, sectionné en deux au niveau de la taille, d’une jeune fille de vingt-deux ans : Betty Short, surnommée « le Dahlia Noir », par un reporter, à cause de son penchant à se vêtir totalement en noir. Le meurtre est resté l’une des énigmes les plus célèbres des annales du crime en Amérique. (résumé éditeur)
le-dahlia-noir_couv

Indice 7 : Le point de départ de ce livre est le quadruple meurtre frappant une famille de fermiers du Kansas. Ce livre se vendra à des millions d’exemplaires.

L’indice 7 était à associer à l’extrait 2 : extrait 2

De sang froid de Truman Capote

«Il était midi au coeur du désert de Mojave. Assis sur une valise de paille, Perry jouait de l’harmonica. Dick était debout au bord d’une grande route noire, la Route 66, les yeux fixés sur le vide immaculé comme si l’intensité de son regard pouvait forcer des automobilistes à se montrer. Il en passait très peu, et nul d’entre eux ne s’arrêtait pour les auto-stoppeurs… Ils attendaient un voyageur solitaire dans une voiture convenable et avec de l’argent dans son porte-billets : un étranger à voler, étrangler et abandonner dans le désert.» (résumé éditeur)

de sanf froid

Indice 8 : L’auteur de ce livre narre l’histoire en adoptant pour narratrice la meurtrière. Ce fait criminel a eu un traitement médiatique controversé du fait de la personnalité de la victime.

L’indice 8 était à associer à l’extrait 5 : extrait 5

Sévère de Régis Jauffret

Un homme d’affaires est trouvé mort dans une combinaison de latex. Son amante et partenaire de jeux sadomasochistes l’a criblé de balles. C’est elle qui nous raconte son crime, sa fuite incohérente vers l’Australie, puis son retour, hagarde de champagne et de calmants. Violée dès son plus jeune âge, elle est tombée amoureuse d’un véritable prédateur qui lui a accordé, puis repris, un million de dollars. Alors elle l’a tué. Où est le bourreau, où est la victime ? (résumé éditeur) Ce roman est inspiré de l’assassinat du banquier Edouard Stern par sa maitresse Cécile Brossard en 2005.

severe

Indice 9 : Dans ce livre l’auteur écrit à la première personne et essaye de comprendre le geste fou du criminel sans le juger. L’auteur a assisté au procès durant l’été 1996 et a correspondu avec le condamné après sa condamnation à la réclusion à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans.

L’indice 9 était à associer à l’extrait 4 : extrait 4

L’adversaire d’Emmanuel Carrère

Le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses enfants, ses parents, puis tenté, mais en vain, de se tuer lui-même. L’enquête a révélé qu’il n’était pas médecin comme il le prétendait et, chose plus difficile encore à croire, qu’il n’était rien d’autre. Il mentait depuis dix-huit ans, et ce mensonge ne recouvrait rien. Près d’être découvert, il a préféré supprimer ceux dont il ne pouvait supporter le regard. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Je suis entré en relation avec lui, j’ai assisté à son procès. J’ai essayé de raconter précisément, jour après jour, cette vie de solitude, d’imposture et d’absence. D’imaginer ce qui tournait dans sa tête au long des heures vides, sans projet ni témoin, qu’il était supposé passer à son travail et passait en réalité sur des parkings d’autoroute ou dans les forêts du Jura. De comprendre, enfin, ce qui dans une expérience humaine aussi extrême m’a touché de si près et touche, je crois, chacun d’entre nous. (résumé éditeur)

l'adversaire

Indice 10 : A l’origine de ce livre un fait divers très médiatique au Etats-Unis au lendemain de Noël 1996 : le corps sans vie de JonBenet Ramsey, Little Miss Colorado, est retrouvé au domicile de ces parents.

L’indice 10 était à associer à l’extrait 6 : extrait 6

Petite sœur mon amour de Joyce Carol Oates

S’emparant d’un fait-divers, un mystère jamais résolu, qui bouleversa l’Amérique – l’assassinat le soir de Noël 1996 de la petite JonBenet Ramsey, six ans et demi, célèbre mini-Miss vedette de concours de beauté -, Joyce Carol Oates reconstruit l’affaire qu’elle n’hésite pas, elle, à dénouer. Une histoire effarante racontée dix ans après par le frère de la victime. La petite fille s’appelle maintenant Bliss, c’est une championne de patinage sur glace, l’enfant adoré de ses parents, la coqueluche d’un pays, la sœur aimée et jalousée par son frère, son aîné de trois ans, Skyler. Skyler qui, depuis le meurtre, a vécu dans un univers de drogues, de psys et d’établissements médicalisés. Âgé aujourd’hui de dix-neuf ans, il fait de son récit une sorte de thérapie. Ses souvenirs sont à la fois vivaces et disloqués. Peu à peu émerge le nom du coupable : est-ce le père – homme d’affaires ambitieux, la mère – arriviste forcenée, un étranger cinglé ou bien… le narrateur lui-même ?  (résumé éditeur)

Voici les gagnants, félicitations à vous !

1er prix : un exemplaire de La conjuration primitive de Maxime Chattam (valeur 22,50 €) gagné par Paikanne.

LA_CONJURATION_PRIMITIVE

Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ? Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre. Plusieurs tueurs sont-ils à l’oeuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c’était un jeu ? Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition. Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre. (résumé éditeur)

2ème prix : un exemplaire de La mort s’invite à Pemberley de P.D. James (valeur 22 €) gagné par Flo

P.D.James-La-mort-sinvite-à-Pemberley

Rien ne semble devoir troubler l’existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maîtresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins ; sa soeur préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là ; et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l’imposante bibliothèque du château. Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d’automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune soeur d’Elizabeth et son mari, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s’invitent la mort, la suspicion et la résurgence de rancunes anciennes. Dans La mort s’invite à Pemberley, Phyllis Dorothy James associe sa longue passion pour l’oeuvre de Jane Austen à son talent d’auteur de romans policiers pour imaginer une suite à Orgueil et Préjugés et camper avec brio une intrigue à suspense. Elle allie une grande fidélité aux personnages d’Austen au plus pur style de ses romans policiers, ne manquant pas, selon son habitude, d’aborder les problèmes de société – ici, ceux de l’Angleterre du début du XIXe siècle. Un roman qui enchantera les nombreux admirateurs de Jane Austen et comblera ceux de P.D. James. (résumé éditeur)

3ème prix : un exemplaire de 12:21 de Dustin Thomason (valeur 20,90 €) gagné par David

12-21

Le nouveau thriller de l’auteur du best-seller international, La Règle de quatre. Los Angeles, décembre 2012, et les graffitis annonçant l’apocalypse fleurissent sur les murs de la ville. Le Dr Gabriel Stanton les ignore le matin où une jeune interne l’alerte sur un cas rare de maladie infectieuse. Presque au même moment, Chel Manu, chercheuse au musée Getty, se voit confier par un homme désespéré un trésor enveloppé dans un sac de toile. Quelques heures plus tard, Stanton, scientifique reconnu dans le monde entier pour ses travaux sur les prions, reste impuissant face à ce patient dont les symptômes le terrifient. Et Chel, prodige universitaire spécialiste des Mayas, commence à déchiffrer un codex inestimable, qui recèle la clé d’un des plus grands mystères de l’histoire : l’anéantissement quasi instantané des royaumes mayas. Et si la même menace pesait sur notre civilisation ? À deux semaines de la date fatidique du 21 décembre 2012, le médecin et l’anthropologue n’ont d’autre choix que d’unir leurs forces pour prendre la fin du monde de vitesse. (résumé éditeur)

4ème prix : un exemplaire de Le vol des cigognes de Jean-Christophe Grangé (valeur 20 €) gagné par SKTV

le vol des cigognes

Europe, Moyen-Orient, Afrique… Cela devait être un voyage au bout de la liberté. Ce sera un aller simple pour la terreur. Quel est le secret des cigognes ? Leur lien avec cette série de meurtres qui marquent leur migration ? Louis Antioche, apprenti voyageur, découvrira tout à la fois : la beauté du monde et la cruauté de l’homme, les merveilles de la nature et les horreurs de l’âme humaine. Jusqu’au secret de ses propres origines. (résumé éditeur)

5ème prix : un exemplaire de Broken de Karin Slaughter (valeur 19,90 €), ma chronique ici, gagné par Yuko

broken-karin-slaughter

Suite à un appel anonyme à Lena Adams, le corps d’une jeune femme est découvert au fond du lac glacé de Grant. Un mot griffonné sur une feuille de papier semble indiquer qu’il s’agit d’un suicide. Pourtant, il apparaît bien vite qu’il n’en est rien : Allison Spooner, 21 ans, a été poignardée dans le cou et enchaînée à des parpaings avant d’être abandonnée aux eaux du lac. C’est dans ces circonstances que Sara Linton, après une longue absence, revient en ville pour voir sa famille. Entraînée par une spirale d’événements, elle se retrouve mêlée à cette sordide affaire de meurtre. Le principal suspect, arrêté alors que Lena et ses hommes fouillaient la chambre de la victime, demande à la voir, mais lorsqu’elle arrive au commissariat, il est déjà trop tard : le garçon gît sans vie dans sa cellule, son cri d’innocence barbouillé sur les murs. Quelque chose cloche dans la déposition du suspect et Sara, qui n’a aucune confiance en Lena, appelle le Georgia Bureau of Investigation qui dépêche sur les lieux l’agent spécial Will Trent. Mais celui-ci se heurte aors à un mur de silence, car Grant County est une petite communauté qui protège ses secrets. Et la seule personne qui pourrait révéler la vérité est morte. (résumé éditeur)

6ème prix : un exemplaire de Derrière la haine de Barbara Abel (valeur 18,50 €) gagné par Anthony

deriere la haine

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu’au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine… Derrière la haine est un roman psychologique à glacer les sangs, d’une noirceur implacable. (résumé éditeur)

7ème prix : un exemplaire de Lestat le vampire et de Entretien avec un vampire de Anne Rice (valeur 15,60 €) gagné par Sylvie (tristale)

vampire

Lestat de Lioncourt, benjamin d’une famille de hobereaux auvergnats ruinés, est vampirisé vers 1770 à Paris, dans sa vingtième année, par un démon qui l’a vu jouer dans un théâtre miteux. Des péripéties innombrables le ramènent deux siècles plus tard à San Francisco où, attiré des profondeurs de la terre par le climat dionysiaque qui règne à nouveau dans le monde, il crée un groupe de rock du nom de « Lestat le Vampire » et lance un défi suprême aux « puissances des ténèbres » en jouant sa musique « à réveiller les morts ». Car Lestat est un vampire impie, qui ne croit ni à dieu ni à diable, un téméraire, ivre d’amour et de sensualité… (résumé éditeur)

À la Nouvelle-Orléans, dans l’obscurité d’une chambre d’hôtel, un jeune homme est le dépositaire d’un étrange et fascinant récit. Deux siècles plus tôt, en Louisiane, riche propriétaire terrien, Louis n’a plus goût à rien. Dépressif, lassé de vivre, il n’aspire qu’au repos éternel. Lestat, jouisseur amoral, assoiffé de vie et de plaisirs, croise sa route et scelle son destin. En le faisant vampire, il devient le guide de son âme damnée et torturée dans le monde de la nuit. (résumé éditeur)

8ème prix : un exemplaire de Cet instant-là de Douglas Kennedy (valeur 8,40 €) gagné par B.

cet instant la

Ecrivain new-yorkais, Thomas Nesbitt reçoit à quelques jours d’intervalle deux courriers qui le replongent dans son passé : les papiers de son divorce après vingt ans de mariage, puis le journal de son premier amour. 1984 : parti à Berlin pour écrire, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour Radio Liberty. Il rencontre Petra, sa traductrice. Entre eux, naît une passion dévorante. Peu à peu, Petra lui confie son histoire et le récit de son passage à l’Ouest. Thomas est bouleversé. Rien désormais ne semble pouvoir séparer les deux amants… (résumé éditeur)

Bravo ! Faites-moi parvenir votre adresse postale par mail (mespetitesidees@free.fr) en utilisant le mail avec lequel vous avez joué  afin que je la transmette à Thomas de MyBoox qui vous ferra parvenir votre gain. Bonne lecture !

 

Publicités
20 commentaires leave one →
  1. sylvie permalink
    8 juillet 2013 22 h 26 min

    Youpiii ,trop cool !!!Les vampires j’adore ! Je les ai lu il y a un moment mais je ne les avais plus donc ça sera avec plaisir que je les relirai ! Merci encore pour ce concours ….et quand vous voulez pour un autre ^^ Amicalement Sylvie

    • 9 juillet 2013 7 h 45 min

      Je suis ravie que ton gain te plaises ! Bonne lecture et je vais plancher sur le prochain thème de concours !

  2. cartonsdemma permalink
    8 juillet 2013 23 h 26 min

    Bravo aux gagnants et moi aussi je serais partante pour d’autres concours, voici quelques titres qui s’ajoutent dans ma liste en attendant.

  3. 8 juillet 2013 23 h 40 min

    Ouhhhhhh ! Et voilà que j’ai gagné « un aller simple pour la terreur »…. Je ne vais sûrement pas en revenir !!!
    Je te raconterai ! Merci à toi, Delphine, et aussi à Thomas. Tes concours s’adressent vraiment aux spécialistes et connaisseurs du livre. Ils sont très tentants, mais personnellement, j’arrive rarement au bout !
    Je suis d’autant plus contente ! Merci…

    • 9 juillet 2013 7 h 43 min

      J’espère bien que tu vas en revenir !! Effectivement ils sont parfois difficile mais tu as bien fait de persévérer !

  4. 9 juillet 2013 4 h 17 min

    Bravo aux gagnants et merci beaucoup pour ce concours qui était vraiment sympa! 🙂

  5. Virginie permalink
    9 juillet 2013 7 h 21 min

    Félicitations aux gagnants! Et surtout un grand merci à toi, même sans gagner je me suis vraiment régalé à trouver les réponses!

  6. 9 juillet 2013 9 h 27 min

    Oh, je suis ravie d’avoir gagné ; merci 🙂 🙂 🙂

  7. Flo permalink
    9 juillet 2013 11 h 37 min

    Merci Delph et Thomas pour ce concours !
    Je vais découvrir Pemberley, brrrr…
    A bientôt pour un prochain concours, pour mon plus grand plaisir 😀

    • 11 juillet 2013 18 h 51 min

      Attention lire du P.D. James peut provoquer une addiction aux polars anglais !

  8. 9 juillet 2013 21 h 20 min

    je n’avais pas trouvé « l’adversaire » mais me suis bien amusée à chercher, merci et à bientôt !

  9. 10 juillet 2013 13 h 56 min

    Un grand grand merci Delphine ^^Je suis vraiment ravie ^^

    • 11 juillet 2013 18 h 52 min

      Je suis contente pour toi ! Merci de ta participation.

  10. 12 juillet 2013 7 h 22 min

    Bravo aux gagnants. C’était un concours bien intéressant qui m’a fait découvrir des lectures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :