Skip to content

Cul de sac de Douglas Kennedy

7 mai 2016

cul de sacJ’ai découvert Douglas Kennedy il y a plus de 10 ans avec L’homme qui voulait vivre sa vie que j’avais littéralement dévoré. Il me semble en avoir lu 2 autres puis avoir eu l’impression que les ficelles étaient un peu les mêmes. J’ai chroniqué Combien ? il y a quelques années, livre au positionnement différent de ses habituels romans. Lorsque que Virginie, une collègue, m’a déposé sur mon bureau un Douglas Kennedy je suis restée un peu dubitative…. Et j’ai commencé Cul de sac.

C’est un Douglas Kennedy sous acide ! Une histoire déjantée, drôle, incroyable, une écriture impulsive et un vocabulaire trash, argotique et jubilatoire !

Oublié tout ce que vous savez sur Douglas Kennedy, ses page turner plaisant mais attendus et revenez aux sources de ce premier roman.

Nicholas à 38 ans, il est pigiste pour la presse régionale et n’a jamais quitté les Etats-Unis. Face à une vie professionnelle morne et sans grands projets il décide de claquer ses économies et de partir à Darwin en Australie. Il débarque en pleine été dans une contrée écrasée par la chaleur moite. Nicholas achète un combi Volkswagen à deux illuminés et part vers le bush. Apres des heures de route à travers le désert il percute très violemment un kangourou. Après avoir réparé le combi Nicholas fait halte à Kununurra où il rencontre Angie, une auto-stoppeuse. Il se rapproche et la romance (de situation….) dure jusqu’aux plages de Broome.

Nick commence déjà à être fatigué par se road trip qui ne ressemble pas au fantasme qu’il s’en était fait. Du désert, des kangourous, une chaleur étouffante et une auto-stoppeuse vulgaire et nymphomane….il va être temps de rentrer au pays !

Et là, le trou noir ! Nick reprend ses esprits  à Wollanup avec l’impression d’être passé dans une lessiveuse ! Angie l’a drogué et l’a ramené dans son village natal au milieu de nulle part ! 54 habitants, 4 familles, une usine de désossage de Kangourou et un passe temps : picoler de la bière sous le cagnard !

A partir de ce moment là une obsession : quitter ce trou ! Mais on ne se tire pas ainsi des griffes d’Angie ! Nick va devoir être patient, stratégique et surtout trouver un allier.

Ce roman est déroutant. Une farce dramatique et touchante. Merci Virginie pour cette découverte !

Cul de sac est aujourd’hui réédité sous le titre Piège nuptial.

piege nuptial

♦ Cul de sac de Douglas Kennedy

Traducteur : Catherine Cheval

Editeur : Gallimard

ISBN : 978-2070338306

Parution :mai 2006

Pages : 291

8 commentaires leave one →
  1. 7 mai 2016 17 h 40 min

    Je l’ai récemment noté sur ma liste « À lire » après avoir vu un monsieur s’étouffer de rire dans une salle d’attente à la lecture de ce roman. Merci pour cette chronique qui donne envie!

    • 7 mai 2016 22 h 13 min

      Merci à toi pour ton commentaire. Ça fait du bien de rire en lisant !

  2. 7 mai 2016 17 h 44 min

    Avec cet auteur on ne sait jamais si on va adorer ou s’ennuyer. Certains de ses livres sont géniaux, d’autres sont la platitude incarnée (5 Jours notamment). Du coup j’aime bien lire les avis d’autres lecteurs avant de me lancer !!

    • 7 mai 2016 22 h 14 min

      C’est exactement cela ! Il peut être surprenant et captivant comme attendu et médiocre.

  3. 8 mai 2016 17 h 41 min

    J’ai adoré ce roman alors que j’ai souvent été déçue par ses histoires à l’eau de rose un peu faciles. Quand il veut, D. Kennedy peut être un grand écrivain. Je trouve dommage qu’il cède si souvent à la facilité…

  4. 8 mai 2016 17 h 59 min

    Déroutant en effet mais un titre qui reste plus en mémoire que certains autres de l’auteur

  5. 9 mai 2016 17 h 48 min

    Il faudrait vraiment que je découvre cet auteur un jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :