Skip to content

Club de littérature américaine à Orléans

27 janvier 2017
Un samedi par mois se tiendra un club de littérature américaine à la librairie Chantelivre (Place du Martroi – 45000 Orléans) de 10h30 à 12h30.
Ce club est organisé par l’association OW! (Orléans-Wichita). Cette association fondée en 2008 a pour objet de favoriser les relations entre les habitants et acteurs locaux des villes d’Orléans (France) et de Wichita (États-Unis d’Amérique, Kansas). L’association peut également établir et favoriser les relations avec toute autre ville ou région des États-Unis présentant une homonymie avec Orléans, notamment La Nouvelle-Orléans (Louisiane) et Orleans (Massachusetts).
 Aucune participation financière n’est demandée et il n’est pas nécessaire d’être adhérent à l’association OW! pour assister à ce club.
Les rendez-vous de janvier, février et mars seront dédiés à un cycle « Henry James & Edith Wharton« 
Il va être compliqué d’avoir lu les deux livres au programmes du rendez-vous du 28 janvier 2017 mais il est toujours intéressant d’entendre parler des livres !
espace
les-ambassadeursLes Ambassadeurs – Henry James (1903) dans la traduction de Jean Pavans (2010)
Les Ambassadeurs est considéré comme le roman le plus important d’Henry James. C’est en tout cas celui où se trouve exposé le plus clairement le conflit entre une Amérique puritaine, moralisante, bref « bostonienne, » mais innocente, et la tradition de culture que l’Europe a héritée de l’Antiquité avec ses vices comme ses vertus.
espace
coupe-d-or La Coupe d’orHenry James (1904), dans la traduction de Jean Pavans  (2013)

Après avoir amassé une fortune considérable, l’industriel américain Adam Verver écume l’Europe avec sa fille unique Maggie. Il y acquiert de précieuses œuvres d’art afin de fonder un musée dans sa ville d’origine. La pièce maîtresse de sa collection est le prince romain Amerigo, qu’il donne en mariage à Maggie. Craignant qu’il ne se sente délaissé, Maggie incite son père à épouser Charlotte Stant, sa grande amie d’enfance. Ce qu’elle ignore, c’est que Charlotte et Amerigo ont eu une liaison passionnée. Ainsi rapprochés comme malgré eux, les deux anciens amants se livrent irrésistiblement à un double adultère. Symbolisés par une coupe de cristal à la fêlure indécelable sous la dorure, l’éclat illusoire et la faille profonde de ce quatuor en quelque sorte échangiste ont fourni à Henry James l’occasion de pousser jusqu’à l’extrême son art incomparable de l’analyse et de la dramatisation.

Programme du 11 février 2017

heureux-du-mondeChez les heureux du monde (1905), dans la traduction de Charles Du Bos (1908).
Un après-midi de septembre, à la gare de New York, Mr Selden rencontre par hasard Miss Lily Bart ; elle vient de manquer le train qui devait la conduire chez des amis. Elle accepte de venir prendre une tasse de thé chez l’avocat. C’est l’occasion pour lui de faire une cour discrète à cette jeune femme de vingt-neuf ans, orpheline charmante mais sans argent, qui aimerait faire un riche mariage. Mais, pour elle, ce moment passé seule à seul chez un célibataire est aussi la première entorse aux usages du monde. Évocation brillante de la haute société newyorkaise, où la richesse ne compte qu’affichée, Chez les heureux du monde fonde son intrigue sur le thème du mariage et de l’ascension sociale qu’il permet. Mais Lily Bart confond la vie et les fausses valeurs auxquelles elle sacrifie son âme…
espace
innocenceLe Temps de l’Innocence (1920), dans l’édition Flammarion de Diane de Margerie (1987)
Dans le New York flamboyant de la fin du XIXe siècle, Newland Archer est un jeune homme bien éduqué de la haute bourgeoisie. Promis à un avenir brillant, il est sur le point d’annoncer ses fiançailles avec la pure May Welland, quand, à l’Opéra, tous les regards se tournent vers une loge… L’apparition de la belle comtesse Olanska, la scandaleuse cousine de May qui a eu l’audace de quitter son mari et dont l’indépendance, en ce temps-là, est considérée comme impardonnable, va bouleverser sa vie. Comment, dans une société qui broie les êtres et sacrifie les amours, peut-on préserver l’innocence ?

Programme du 04 mars 2017

conférence de Jean Pavans, écrivain et traducteur, spécialiste d’Henry James, qui évoquera « la haute société américaine au travers de l’oeuvre de Henry James et d’Edith Wharton ».

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. 27 janvier 2017 9 h 02 min

    Je note ! J’essaierai de venir quand je serai un peu moins débordée par mon déménagement (genre en avril !)

  2. 29 janvier 2017 14 h 15 min

    C’est une très bonne idée!

    Happy Sunday!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :