Skip to content

Dis, tu lis quoi ? #3 : Marie-Claude, auteur du blog Hop ! sous la couette

6 février 2017

trinity-college_bibliotheque

Je suis toujours curieuse de savoir ce que lisent les autres. J’aime regarder les bibliothèques de mes ami(e)s, feuilleter les livres sur les tables basses, conseiller et chroniquer et j’apprécie beaucoup que l’on m’en conseille. Je tiens une liste de livre à lire d’une longueur indécente et prend plaisir à y revenir à chaque passage en librairie ou à la médiathèque.

Dans la continuité de mes anciennes rubriques  « Aujourd’hui j’ai vu lire… «  et « Interview autour du livre » je vous propose de découvrir les lectures de blogueurs (euses), ami(e)s, relation(s), inconnu(e)s,… Et pourquoi pas les vôtres ! Si vous souhaitez participer à cette chronique écrivez-moi à : mespetitesidees@free.fr

Aujourd’hui partageons la lecture de Marie-Claude. J’ai découvert Marie-Claude sur Instagram où elle partage de nombreuses photos de sa vie québécoise et les aventures de Bidule, son chat, dans la neige. Elle est l’auteur du blog littéraire Hop ! sous la couette qui est une vraie source d’inspiration de littérature canadienne et américaine. Découvrez ses réponses :

hop-sous-la-couette

Quel livre lis-tu en ce moment ?

Ce que tient ta main droite t’appartient de Pacal Manoukian

Comment l’as-tu choisi ?

J’ai lu Les échoués l’an dernier et j’ai été subjuguée par la façon dont Pascal Manoukian parvient à faire résonner l’actualité. Aussi, impossible de passer à côté de son nouveau roman.

Quel en est le thème et le style ?

Un roman choral qui explore les attentats de Paris, Daech et l’embrigadement. On suit le destin de quatre personnages touchés de plein fouet par cette horrible tragédie.

Si tu devais nous conseiller un unique livre lequel serait-il ?

Ce que tient ta main droite t’appartient de Pascal Manoukian !

Pourquoi celui-ci ?

Parce qu’il y a trop d’ignorance et d’esprits fermés. Parce que les romans qui aident à mieux comprendre la vie et le monde qui nous entoure sont toujours les bienvenus. Parce qu’un attentat terroriste a eu lieu hier, dans ma ville. Deux hommes ont ouvert le feu dans une mosquée. Parce qu’il faut chasser l’ignorance et chercher à mieux comprendre.

Merci beaucoup Marie-Claude de ta participation !

Les livres évoqués :

♦ Ce que tient ta main droite t’appartient de Pacal Manoukian

51lizoqoxnl-_sx195_« Si ce soir-là Charlotte n’était pas sortie dîner entre filles, si ce jour-là Karim n était pas allé à la mosquée, jamais elle n’aurait déchiré sa robe, jamais il ne serait parti en Syrie. Ils promèneraient leur fille dans les allées du parc. Il lui achèterait des livres qu elle laisserait traîner sur la table de nuit. Chaque jour elle serait plus belle. Chaque jour ils seraient plus amoureux. Ils boiraient du Sancerre au bonheur de leurs 30 ans, danseraient sur Christine and the Queens. La vie ne tient parfois qu à un bas filé… »

Le miracle n arrivera pas : cette nuit-là, Karim perd tout. Son désir de vengeance va le mener jusqu »aux ruines d Alep, au cœur de la machine à embrigader de Daech. Là où se cachent les monstres, mais aussi les centaines d égarés qui ont fait le mauvais choix pour de mauvaises raisons. Là où il faudra lutter pour ne pas ressembler aux bourreaux. Un voyage réaliste au pays mal connu de l embrigadement et de toutes les violences. (résumé éditeur)

♦ Les échoués de Pacal Manoukian

1955666lpw-1955787-pascal-manoukian-capa-les-echoues-jpg_3010637« Le chien était revenu. De son trou, Virgil sentait son haleine humide. Une odeur de lait tourné, de poulet, d’épluchures de légumes et de restes de jambon. Un repas de poubelle comme il en disputait chaque jour à d’autres chiens depuis son arrivée en France. Ici, tout s’était inversé, il construisait des maisons et habitait dehors. Se cassait le dos pour nourrir ses enfants sans pouvoir les serrer contre lui et se privait de médicaments pour offrir des parfums à une femme dont il avait oublié jusqu’à l’odeur. »

1992. Lampedusa est encore une petite île tranquille et aucun mur de barbelés ne court le long des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Virgil, le Moldave, Chanchal, le Bangladais, et Assan, le Somalien, sont des pionniers. Bientôt, des millions de désespérés prendront d assaut les routes qu ils sont en train d’ouvrir. Arrivés en France, vivants mais endettés et sans papiers, les trois clandestins vont tout partager, les marchands de sommeil et les négriers, les drames et les petits bonheurs. (résumé éditeur)

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. 14 février 2017 16 h 02 min

    J’ai découvert Pascal Manoukian avec le groupe de lecture sur le premiers romans français ( 68 premières fois) et j’ai beaucoup apprécié

  2. 18 février 2017 16 h 07 min

    Bonjour. Je découvre tout juste votre blog et je trouve cette rubrique très bien pensée. Je reviendrais.

    • 19 février 2017 9 h 26 min

      Merci beaucoup ! Cette rubrique se veut ouverte à tous les lecteurs désireux de nous faire partager leurs lectures et coup de coeur. Elle est hebdomadaire (le lundi). N’hésite pas à ma contacter si tu souhaites y participer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :