Skip to content

La librairie de la place aux herbes d’Eric de Kermel

27 février 2017

 

9782212566147_h430Nathalie est typiquement ce que l’on appelle couramment une bobo, femme d’un architecte pourvoyant pleinement au revenu du foyer elle a élevé ses enfants dans un quartier privilégié de Paris sans jamais avoir besoin de travailler. Elle s’ennuie et décide de quitter Paris pour s’installer à Uzès loin du vacarme et de la folie de la vie parisienne.

Nathalie a une passion pour les livres, une passion qui frôle la devoterie voir le fétichisme.

J’aime les livres qui racontent de grandes histoires romanesques à vous tirer les larmes, mais j’ai aussi un grand plaisir à me laisser prendre dans les déambulations intellectuelles et savantes des essais qui me procurent le sentiment d’être plus intelligente.

J’aime les livres d’art qui font entrer dans les maisons les tableaux du Louvre ou du Prado, ou les images dépaysantes venues des cinq continents. Combien serions-nous à ne rien connaître de ces merveilles s’il n’y avait ces livres ?

J’aime la tranche des livres. Lorsqu’ils sont rangés dans les rayons, on les regarde avec la tête légèrement inclinée, comme si nous les respections avant même de les avoir ouverts.

J’aime le papier. Comment parler du papier au singulier….(page 7)

Une fois installé à Uzès Nathalie découvre que la librairie du village est à vendre, elle y voit l’opportunité de réaliser son rêve : vivre autour des livres et partager sa passion. Elle rachète la librairie, en fait une boutique à son image et y accueille avec chaleur ses clients. Chaque client est l’occasion d’une rencontre, d’une histoire et d’une « prescription littéraire ».

Cette « prescription littéraire » est le point fort de ce livre, tout au long des portraits et du récit des titres sont distillés et je suis ressortie de ce roman avec une liste de livre à lire. L’ensemble des livres évoqués sont listés à la fin de l’ouvrage, voici la mienne :

Quatre-vingt-treize de Victor Hugo

Voyage avec l’absente d’Anne Brunswic

Immortelle randonnée de Pascal Rufin

Big Sur de Jack Kerouac

Soie d’Alessandro Baricco

Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Ce roman est un conte de fée, et c’est exactement ce que l’on attend de lui, mais il est sans grande finesse et cela est vraiment dommage, le « feel good » est d’ailleurs l’argument de communication de la maison d’édition. Si vous suivez mon blog vous savez que je ne lis pas habituellement ce genre de roman. Lorsque la maison d’édition m’a proposé d’en lire les épreuves j’y ai vu l’occasion de découvrir ce style toutefois c’est bien trop « gentil » pour moi. Je ne crois pas aux contes de fée ! je le regrette mais je n’ai pas la capacité de simplement profiter de ce livre, mon cynisme naturel revient au galop à chaque phrase ou situation me donnant l’impression d’être au village enchanté.

Bonjour, je m’appelle Hélène. Bienvenue ! je tiens une petite boutique de fringues dans la rue voisine. Je suis tellement heureuse que la librairie ne devienne pas une pizzaria. (…) Si vous voulez, je vous aiderai à tout repeindre quand vous entamerez les travaux (page 11 – 12)

L’auteur alourdi son livre d’une bien-pensance pesante. Le petit village, à la place entourée d’arbre accessible par de minuscules ruelles,  où chacun vie dans le respect des autres et la convivialité, la sauvegarde d’un petit commerce face aux multinationales sans âme, l’ode au livre papier,… Nathalie n’est plus libraire, elle est à la fois psychanalyste, objecteur de conscience, médiatrice… s’en est trop pour moi. Les personnages sont intéressants mais à chaque fois il y ce petit « trop » qui les rends mièvres.

Tarik appartient au régiment du génie basé à Laudun, à une vingtaine de kilomètres d’Uzès. Rien ne me prédestinait à le rencontrer, sauf qu’une librairie mène à tout, même au chevet s’un soldat (page 136)

Ce roman n’a pas eu l’effet escompté sur moi mais je suis sûre que l’un ou l’une d’entre vous croit encore aux contes de fée, si tel est le cas j’envoie avec plaisir mon exemplaire à qui voudra en faire une chronique !

Je remercie chaleureusement les éditions Eyrolles pour l’envoi et la découverte de ce livre.

♦ La librairie de la place aux herbes d’Eric de Kermel

Editeur : Eyrolles

ISBN : 221256614X

Parution : février 2017

Pages : 213

Prix : 14,90 €

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. 27 février 2017 11 h 07 min

    Un roman qui promet et que je note avec grand intérêt…mais je crois je vais attendre qu’il paraître en catalan ou espagnol, avec une telle thématique je préfère ne me perdre ni une lettre!

  2. 22 mars 2017 20 h 17 min

    Je viens de découvrir ce livre sur Babelio et il me tente vraiment. Maintenant s’il faut croire aux contes de fées…

    • 22 mars 2017 20 h 19 min

      Mais les contes de fées n’existent pas Philippe ! 😃

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :